Jacques Vergès eBook by Heinz Duthel – Kobo

Veröffentlicht: 8. Mai 2016 in Heinz Duthel

Arrivé à Paris, Jacques Vergès adhère en 1945 au Parti communiste français. Il est élu en 1950, à Prague, membre du bureau du Congrès de l’Union internationale des étudiants comme représentant de la Réunion et non de la France , ce qui lui vaut quelques remarques du PCF . En 1952, il devient secrétaire du mouvement, où, sous l’impulsion du soviétique Alexandre Chélépine, futur chef du KGB, il pousse les feux de l’anticolonialisme. Il reste sur place jusqu’en 1954. Il y obtient sa deuxième année de droit. De retour en France, il obtient sa troisième année en 1955. La même année, il s’inscrit au Barreau de Paris après avoir passé le CAPA. L’année suivante, il se présente au Concours de la Conférence du barreau de Paris, appelé aussi Concours de la Conférence du stage où il rencontre Edgar Faure et Gaston Monnerville, entre autres. À l’indépendance de l’Algérie en 1962, Jacques Vergès s’installe à Alger, prend la nationalité algérienne et devient le chef de cabinet du ministre des Affaires étrangères. Il fonde alors une revue tiers-mondiste financée par le FLN, Révolution africaine. Jacques Vergès rencontre Mao Tsé-Tsoung en mars 1963 et se rallie très rapidement aux thèses maoïstes. Il est alors destitué de ses fonctions et doit rentrer à Paris. Au mois de septembre, il crée une nouvelle revue, Révolution, qui est alors le premier journal maoïste publié en France. En 1965, la destitution du président Ben Bella permet à Jacques Vergès de rentrer en Algérie. Il met fin alors à la revue Révolution. Il est avocat jusqu’en 1970 à Alger. Disparition De 1970 à 1978, Jacques Vergès disparaît. Il a toujours entretenu le mystère sur cette période. Aux journalistes qui lui demandaient s’il était au Liban, à Moscou ou s’il travaillait pour les Khmers rouges chez Pol Pot, au Cambodge, il a répondu qu’il était « très à l’est de la France » et « avec des amis qui sont encore vivants, dont certains ont des responsabilités importantes ». « Les évènements, ajoute-t-il, que nous avons vécus ensemble sont connus. C’est notre rôle qui ne l’est pas ; non pas réellement le mien, qui fut modeste, mais le leur. Il ne m’appartient pas d’en parler . »

Sourced through Scoop.it from: store.kobobooks.com

Advertisements

Die Kommentarfunktion ist geschlossen.